La touche du chef

On cuisine Sophie Cadieux

On cuisine Sophie Cadieux

C’est en popotant un smoothie à la citrouille que Sophie Cadieux nous a parlé de la pièce Disparu.e.s, dans laquelle elle joue au Théâtre Jean-Duceppe, d’impros chantées (ou ratées!), de livres, de popcorn double beurre et de son amour inconditionnel pour son fils, son chum et le fromage.

8Saeq9VZmKo

4 grandes (ou petites) vérités sur Sophie Cadieux.

  1. L’improvisation a longtemps été son hygiène mentale ou un atelier d’expérimentation. C’est probablement en partie parce que l’impro l’a entraînée à se lancer dans le vide (et à relativiser!) qu’aujourd’hui elle n’a pas le trac. Tsé, c’est pas parce qu’une interprétation de sanglier est légèrement douteuse qu’une carrière arrête de tourner!

  2. On la compare à Élisabeth Moss, qui a joué dans La Servante écarlate, mais aussi à Catherine Trudeau, aussi connue sous le nom de Line-la-pas-fine. Si elle trouve qu’elle ressemble physiquement un peu plus à la première, elle comprend la comparaison avec son amie Catherine, avec qui elle partage le même genre d’énergie... et de voix.

  3. Elle mangerait des toasts au fromage à toute heure du jour ou de la nuit. Elle aime tellement le fromage que pour ses 40 ans ses ami(e)s lui ont fait un gâteau en grilled-cheese. Elle avoue entretenir un amour particulier pour Le P’tit crémeux de la fromagerie Boivin, qui lui rappelle la version dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom de son enfance...

  4. Avec son amoureux depuis 10 ans et maman d’un petit garçon de 4 ans, elle admet trouver parfois plus facile de se lever à 5 h du mat pour un tournage que pour jouer avec entrain aux Transformers, mais elle est aussi vraiment fière d’avoir réussi à trouver son équilibre entre sa vie de famille et sa vie professionnelle.

Recettes associées