Cuisine 101

28 jours de recettes pour soi.

28 jours de recettes pour soi.

On vous avoue que lorsqu’on a eu la nouvelle du (re)confinement, on a eu une petite boule au ventre... suivie d'un gargouillis. Avec un soupir résigné, on a décidé d'écouter notre coeur-estomac, et de se retrousser les manches pour faire ce qu'on fait de mieux : à manger. Et ça nous a donné une idée : si on se confine par amour pour les autres, autant cuisiner par amour pour soi.

Frigos fiers et ronds à « high », on fera contre mauvaise fortune bonne chère : semaine après semaine, on mettra cet article à jour avec 7 nouvelles recettes, pendant toute la durée du confinement. C’est une recette par jour, pendant 28 jours. Et 28 jours de recettes pour soi.

PREMIÈRE SEMAINE : RENFLOUER SON CONGÉLO

Si on ne peut pas faire la cigale, alors autant écouter la fourmi et faire des réserves!

Jour 1 - Potage à la courge musquée

Il est là, le divin temps du cucurbitacé, alors on en profite sans vergogne avec un potage à la courge musquée, surmonté d’une île de pommes dorées au miel et de croûtons au cheddar. Facile à exécuter en 1 h 10 à peine (et à congeler par la suite), c'est deux velours qu'on mélange : celui, tendre et charnu, de la courge musquée et celui du lait et de la crème (tant qu’à faire), qui s'éclatent avec les saveurs épicées de la muscade et de la cannelle. Ajoutez-y quelques pommes grillées et des croûtons amplement gratinés, sortez une grosse cuillère et c'est parti pour une gloire qui dure 6 bols.

Jour 2 - Mac and Cheese à la mijoteuse

Il y a une légende qui dit que le Mac and Cheese ET la mijoteuse ont été conçus pour remonter le moral. C’est vrai; une préparation de 15 minutes qui devient LE classique des repas onctueux-réconfortants-fromagés à souhait, c’est gagnant. Et parce qu’on a besoin de petites victoires quotidiennes, sachez que la recette nourrit généreusement six bedons (ou six fois le vôtre). Question de donner un peu de pep à votre journée-confinée.

Jour 3 - Ragoût de bœuf au fenouil et aux pruneaux

Cette recette-doudou est rapidement devenue recette-chouchou - elle se mitonne tout doucement, en partant la mijoteuse sur l’heure du midi, pour être prête 7h20 plus tard, juste à temps pour le souper-film. Le goût anisé du fenouil moelleux tranchant la richesse d’une viande qui s’abandonne au bout de notre fourchette, et la finale sucrée-généreuse des pruneaux, ça nous émeut quasi autant que l’album D’eux de Céline. Quasi.

Jour 4 - Chili végétarien

On n’est jamais déçu de se décongeler du chili. Alors, empoignez votre plus grande casserole et débutez la confection du ragoût-sauveur des repas de semaine! Vivifiez ce miroton épicé avec des carottes, du maïs, des oignons, de l’ail, des tomates, du beurre (et d’autres ingrédients qu’on a pris le soin de nommer dans la recette). Touche finale et importante : le Monterey Jack râpé sur chaque portion. Lui non plus, il ne déçoit jamais.

Jour 5 - Poulet au bacon et maïs à la mijoteuse

Huit ingrédients, vingt minutes de prép et quatre heures de mitonnade plus tard, vous avez un poulet caramélisé au bacon, couvert d’une sauce alfredo crémeuse. Votre portion de légumes quotidienne ne sera pas épargnée avec le maïs et les patates. PS. : Tous les ingrédients se tranchent avec un ustensile seulement. PPS. : Si vous mangez vos plats avec un couteau seulement, on ne vous juge pas, on admire votre goût du danger.

Jour 6 - Potage au chou-fleur, au fromage et à la bière

Bière, cheddar, chou-fleur, popcorn… C’est nous ou ce sont les mêmes ingrédients qu’un cocktail dinatoire entre milléniaux décontractés? Bien qu’on s’ennuie un peu de se rassembler, ce potage-là est assez satisfaisant pour vous faire oublier qu’on mange jamais vraiment assez dans ces soirées cocktail. Joyeuse nouvelle : vous ne serez pas en reste avec cette soupe consistante, ornée de maïs soufflé, qui rassemble (elle) autant de légumes que de saveurs qui se complètent à merveille. Que vous disiez « boire » ou « manger » un potage, dans les deux cas, on l’accepte.

Jour 7 - Pâté chinois

Le classique réconfortant du steak-blé d’inde-patate qui se fait en 3 coups de cuillère à pot, c’est tout le temps gagnant. Tout. Le. Temps. (Psssst - même décongelé, ça marche!). Sauf que nous, on y ajoute des champignons, une touche de sauce Worcestershire (prononcez wo-ché-chat-yeux très vite, tout le monde vous comprendra pareil) et un petit brin de romarin, parce que pourquoi pas.

DEUXIÈME SEMAINE : RESTO À LA MAISON

Cette semaine, on vous rappelle une certaine époque avec nos recettes « comme au resto »!

Jour 8 – Calmars frits et trempette à la lime et au piment chipotle

D’abord, mettons quelque chose au clair : la. trempette. est. importante. C’est elle qui détermine si ça passe ou ça casse. Avec les parfums de chipotle et le jus de la lime, notre trempette au yogourt a la consistance d’une bouchée parfaite quand elle se couche sur les rebords des anneaux de calmars crunchy, sans qu’elle ne dégouline. Pour ce qui est de la panure, vraiment rien de compliqué : farine, flocons de maïs et lait. Garanti que vous aurez le temps de savourer ce plaisir-sans-culpabilité aussi longtemps que vous le voulez.

Jour 9 – Côtes de veau et sauce aux poireaux

Allez-y, faites jouer votre playlist de cuisine à fond, vous aurez le goût de danser dans toute la cuisine pour sentir le plus d’effluves possible de ces côtes de veau sous leur sauce aux poireaux! En moins d’une heure, vous aurez une purée de pommes de terre bieeeeen veloutée, du veau parfaitement doré (crédit au beurre), une sauce crémeuse (salut la 35 %!) composée de champignons, poireaux blancs, de beurre, de cidre de glace et – sans surprise – de crème. Nous, on veut seulement que vous clamiez aussi fort que votre musique : « JE SUIS REPU ET SATISFAIT! ». Ce plat n’a qu’un seul but : vous faire tourner la tête à la première bouchée, et pas seulement parce que vous avez dansé en faisant la recette.

Jour 10 – Gnocchis à la ricotta, poire et fromage bleu

Relisez le titre de la recette. On sait pas pour vous, mais on a l’impression que ces gnocchis ont un plus grand QI que nous. Premièrement parce qu’ils se distinguent dans leur catégorie avec leur (franchement) simple confection à base de ricotta, d’œuf, de farine et de Parmesan d’ici. Que ces pâtes soient fortes en calcul différentiel ou non, la sauce crémeuse au Bécart de l’Isle (fromage bleu), poire et vin blanc ajoute un « + » à leur « A ».

Jour 11 – Moules aux tomates et vin blanc

On a les jambes molles pour ces moules, car elles réunissent deux passions : manger et manger des fruits de mer. En faisant cette recette, vous risquez de développer les mêmes passions : des moules baignant dans une sauce au vin blanc, à la crème, au beurre, au basilic (et plus encore), ça ne s’oublie pas. Quinze minutes de prép’ et 10 minutes de cuisson, en plus. Qu’est-ce… qu’est-ce qu’on veut de plus dans la vie? La première bouchée de la recette. Voilà.

Jour 12 – Risotto de courge, sauge et pancetta

Ce soir on se gâte (comme tous les autres soirs?!) et on se fait un RI-SOT-TO! Une recette simple comme « bonne courge » qui redéfinit le terme « onctueux » avec sa brunoise de courge Butternut mélangée aux arômes fruités de vin blanc, aux touches salées de beurre et aux parfums de sauge. Et quoi de mieux que de la pancetta pour garnir ce riz crémeux à souhait? Quatre tranches de pancetta, avec encore plus de sauge.

Jour 13 – Bol de poké

Vingt minutes. Deux portions. VOS CHOIX D’INGRÉDIENTS! On vous propose une recette classique de bol de poké, mais vous êtes maître de votre destinée-poké. Quatre fois plus de mangue? Pourquoi pas. On met juste des avocats? Pas de problème. Du tofu, du saumon et du thon dans le même bol? Allez-y fort. Un bol de poké, c’est un bol de bonheur où l’on retrouve tous les ingrédients (ou presque) qui nous font papillonner. Ce bol « pas poké des vers » fait une excellente de date de soir de semaine, en passant. On dit ça, on dit riz-en.

Jour 14 - Raviolis farcis à la courge et ricotta

On s’est tous déjà demandé si les pâtes maison ça faisait tant une différence que ça. Pour éviter un tel égarement, méditons sur ceci : même les restos précisent que leurs pâtes sont « faites maison ». Et après une seule mordée, le soyeux de l’œuf, le fondant de la farce courge-ricotta fraîche-pointe-de-muscade, et le craquement ciselé de la sauge au beurre noisette finissent de nous convaincre de la supériorité de la nouille faite main. La bouche pleine et l’œil humide, on se dit que ça valait tellement la peine, surtout qu’on peut faire ces raviolis en grande quantité avec les enfants (ou même avec son coloc pas doué) et les congeler par la suite, pour se rafraîchir la mémoire de temps en temps.

TROISIÈME SEMAINE : VOYAGER AUX QUATRE COINS D’LA CUISINE

À défaut de voyager cette année, on amène les saveurs d’ailleurs à la maison!

Jour 15 – Churros maison et sauce au chocolat

Une pâte frite saupoudrée de cannelle qu’on couvre de sauce au chocolat, qui chatouille l’intérieur des joues grâce à la pincée de piment de Cayenne : c’est ce qu’on surnomme « notre moral qui passe de 0 à 100 bien vite ». S’il y a bien une petite quelque chose qui peut rehausser nos journées qui ressemblent toutes à un mardi c’est cette folie qu’on se permet et qui rappelle les plus chaudes journées d’été, sous une musique latine endiablée. On vous met au défi de partager un churro avec votre partenaire, tout en dansant la salsa.

Jour 16 – Salade de nouilles soba

La salade gagnante, celle qui aurait remporté tous les concours de bureau pour le meilleur lunch de l’année, c’est cette salade de nouilles soba. Notre humilité et ces nouilles de sarrasin (les plus populaires au Japon, vous le saviez?) se mélangent parfaitement à la sauce tahini – sirop d’érable – sauce soya – et cetera, qui surprennent en bouche grâce aux arômes de noisette vinaigrés (chapeau bas, l’huile de sésame et vinaigre de riz). Vous n’aurez même pas peur de vous tacher avec le babeurre qui enrobe la vinaigrette pour la figer, et ainsi éviter de salir votre seule chemise blanche par-dessus votre bas de pyjama. Ajoutez tous les légumes que vous aimez et le tour est joué, parce que vous le méritez bien.

Jour 17 – Poulet au dukkah du Moyen-Orient

Ce poulet : un aller simple vers l’Égypte grâce au dukkah, qui nous prend sous son aile en surplombant des montagnes colorées d’épices. Le dukkah, c’est un mélange vivifiant d’amandes (ou d’arachides) hachées, de cumin et de coriandre moulus, de poudre de chili, de graines de sésame et de flocons de piments forts hachés, qui nous donne littéralement des ailes. En attendant de prendre notre envol vers la chaleur du Moyen-Orient, nos papilles s’assurent de croquer un maximum de souvenirs, surtout garnis d’une louche de yogourt à l’ail en plus.

Jour 18 – Boulettes suédoises et purée de légumes

Qu’ont-elles de si particulier, ces boulettes suédoises? Est-ce que ce sont les échalotes et le thym remués dans du beurre avant d’être incorporés au mélange à boulettes? Est-ce que c’est le mélange des boulettes, celles-ci formées de vos propres mains? Est-ce que c’est la sauce onctueuse, celle qui allie crème, beurre, bouillon de poulet et moutarde de Djion pour ne nommer que ceux-ci? Est-ce que c’est la purée de patates douces, carottes et fromage Boursin qui nous donnent les joues rouges de fébrilité? On l’sait pas, mais… on sait juste que ces boulettes-là sont bonnes en ta’.

Jour 19 – Papillotes de saumon à l’harissa et couscous israélien

Le saumon en papillotes entre le couscous israélien et l’harissa, c’est comme lire le mot « tendre » en lettres attachées faites avec du crema de café, c’est juste du doux. Imaginez maintenant ce que ce plat réserve à la panse : du doux et encore du doux. Le couscous prend forme avec le bouillon de poulet et le beurre fondu, pendant que le saumon cuit en mode sauna, bien enveloppé, sous une robe acidulée d’harissa et de jus de citron. L’harissa, c’est quoi? À un « M » d’un joli prénom, l’harissa est une purée de piments rouges mélangée avec du cumin, de la coriandre, du carvi et des tomates séchées. En attendant que le saumon sorte de son bain de vapeur, on s’entend pour dire qu’en ce moment, on a l’eau à la bouche.

Jour 20 – Courge spaghetti façon ramen crémeux au kimchi

Ramen de courge spaghetti au kimchi. On répète : Ramen. Courge spaghetti. Kimchi. On ne veut pas se vanter… OK on se vante : CETTE RECETTE EST EXTRAORDINAIREMENT SAVOUREUSE ET RELEVÉE! Si vous tenez à vos ramen comme on tient à notre #passioncourge, on ne vous en tient pas rigueur. MAIS! Ceuzes qui veulent revamper leurs soirs de semaine à grands coups de kimchi, d’oignons verts, de sauce sriracha et de gouda d’ici (oui, oui!), on vous accueille les deux bras (de distance) bien ouverts vers le paradis culinaire. Mettons qu’on est fiers de notre coup sur celle-ci.

Jour 21 – Soupe thaïe au tofu

On prend toujours une soupe thaïe pour la vie, et surtout en confinement. On vient assouvir vos envies de manger du bon dans un énorme bol fait à la main et aux dessins d’orchidées bleues. À vos baguettes les copains! On termine la thématique « voyage aux quatre coins de la cuisine » avec la soupe thaïe qu’on a l’impression de manger sans fin. Disons que le fond de bouillon qu’on n’ose pas boire est bien loin de celui-ci, qui regorge de bouchées consistantes (soit de tofu, de vermicelles et d’un amoncellement de légumes) jusqu’à la toute fin. Oui : vous verrez le fond de votre bol après avoir savouré cette délicieuse soupe. Oui : vous en redemanderez. Gâtez-vous, y en reste en masse.

QUATRIÈME SEMAINE : RAPIDE ET DÉCADENT

Après trois semaines de plaisirs sucrés-salés-alouette, on termine les #28jours avec des recettes rapides ET décadentes. Parce qu’on a été fins pis qu’on le vaut bien.

Jour 22 – Saumon à la crème d’agrumes

Quarante-cinq minutes et on a un repas-resto du jeudi soir servi chaud à notre table. Partez une musique douce et indéfinissable, choisissez entre la table à manger et le sofa, expliquez-vous le menu, sortez trop d’ustensiles et dégustez un saumon moelleux sur un émincé de choux de Bruxelles sautés, nappé d’une crème au poivre vert, curcuma et agrumes, le tout dans une ambiance tamisée et semi-mondaine. On s’y croirait presque, et en plus, les portions sont juste parfaites.

Jour 23 – Pizza dans une tasse

Cuisiner pour soi un p’tit vendredi soir, c’est se mitonner une pizza gastronomique au fromage St-Guillaume, champignons, poivrons verts et chorizo, mais en portions individuelles, dans une tasse. Parce que c’est paresseux-joli, parce que ça se dévore en bobettes sur le sofa sans en renverser, et parce que c’est une recette magique qui se fait en à peine quatre étapes, consistant principalement à empiler les délicates garnitures sur une pâte maison (faite directement dans la tasse), puis à tout mettre au micro-ondes, avec les compliments du chef.

Jour 24 – Tartines smørrebrød au fromage cottage

Deux étapes de préparation, dont une est « servez aussitôt », c’est dans notre registre pour un samedi matin-après-midi. Parfait mix santé goulu, le pain pumpernickel, mince et étonnamment roboratif, soutient la dangereuse pile de condiments frais qu’on empile par-dessus. Avec le goût de grains grillés du pain, la fraîcheur du cottage et, au choix, le mélange crevettes-avocat-sauce piquante, le saumon fumé-cornichon-aneth ou le combo petits fruits-miel-menthe, on pousse des soupirs de « øøøøøøøø bønheur » (prononcé « eeeeuuuuu bEUhneur ») jusqu’à dimanche.

Jour 25 – Gruau salé d’avoine, œuf mollet, sauté de chou frisé et champignons

Le déjeuner par excellence quand ce sont les gargouillis qui nous réveillent et qu’on se demande ce qu’on va pouvoir engloutir rapidement? Tout. Vous allez tout manger avec ce p’tit déj’ protéiné. D’abord, le gruau salé, c’est digne d’une « twist suprême », non? On troque la cassonade et les fraises pour du sel, du beurre et du lait sous un sauté de chou frisé et de champignons dorés au beurre. Parce qu’il y a jamais de sundae sans cerise, on décrète aujourd’hui qu’il n’y aura jamais de gruau salé sans œuf mollet. Pour nous achever (lire ici : pour se gâter encore plus), on saupoudre ça de copeaux de fromages bio. C’est à se demander si on vous conseille pas d’aller vous recoucher après.

Jour 26 – Filet de porc, sauce à la moutarde et à l’estragon

Filet de porc, sauce à la moutarde et à l’estragon. On répète le titre de la recette juste pour vous montrer qu’elle n’est VRAIMENT PAS PLUS COMPLIQUÉE QUE ÇA! Dix minutes de préparation et 25 minutes de cuisson plus tard, vous aurez des filets de porc tendres qui se la coulent douce sous un revers de sauce crémeuse à l’ancienne déglacée au vin blanc. On dirait qu’on est capable de sentir ce texte et ça ne nous déplaît pas.

Jour 27 - Toast Dahi

Vous pensez vous faire un classique grilled cheese ou le très célèbre sandwich jambon-fromage? Tu-tu-tu. Laissez-nous vous proposer un vent de fraîcheur à la coriandre, menthe et à l’ail : la toast Dahi. C’est comme croquer dans un fromage à pâte fraîche aromatisé, cette fois avec deux tranches de pain épaisses et parfaitement grillées. Vous verrez, vous redemanderez ce yogourt salé, aussi passe-partout qu’une bonne bolognaise dans un chalet. Vos dîners à la maison prendront une autre tournure avec cette recette « bouchée de fraîcheur ».

Jour 28 – Hot chicken poutine

On aime les mots-valises, mais on aime ENCORE PLUS les recettes-valises. C’est quoi, exactement, ça? C’est quand deux de nos festins-réconforts favoris unissent leur force (et leur sauce) pour donner un plat qui se déguste à la louche. Vous ne serez pas déçu de retrouver dans votre bouchée « pain / viande / petits pois / pain » un son bien familier qui débute par « squi » et se termine par « ish ». On se surprend à aimer le fait que le fromage en grains enrobe votre bouchée, comme un petit paquet cadeau juste pour vos papilles gustatives. Et on reprend une autre bouchée à déballer, comme si c’était Noël au souper.