Sujets chauds

Pour ou contre manger devant la télé?

Par Léa Stréliski

Pour ou contre manger devant la télé?

La vie est courte et difficile. On va avoir besoin de plusieurs étages de coussins moelleux et de montagnes de bouffe réconfortante pour passer à travers. Parsemer son quotidien de petits plaisirs est sûrement la clé d’un bonheur qui dure. Je dis donc haut et fort que je suis POUR manger devant la télé (avec quelques astérisques en bas de page)!

Enwèye la soupe tonkinoise devant ta série préférée le midi. Amenez-en des assiettes de charcuterie, des craquelins et du fromage, des raisins, des olives, des noix, tard le soir, quand les enfants sont couchés et qu’enfin les parents accèdent au trophée de la journée : manger devant la télé. La soirée est à nous!

Que serait la période des Fêtes sans le plateau-repas devant Ciné-Cadeau? Comment pourrait-on vivre sans occasionnellement manger de la crème glacée à même le pot devant Occupation Double? La bouffe et l’écran font partie du couteau suisse de la survie humaine.

MAIS. Mais. Mais bien sûr qu’il y a un mais à tous ces mets. Prendre garde de savoir contrôler cette myriade de collations et de délectables moments pour qu’ils ne deviennent pas une prison sournoise. Sommes-nous encore capables de manger au contact d’autres humains plutôt qu’isolés dans un monde virtuel? Ou allons-nous sacrifier des instants importants avec ceux qu’on aime pour s’entendre mâcher devant les insipides dialogues d’une télé-réalité superficielle?

L’accès au plaisir doit rester surveillé pour que nos péchés mignons restent exactement ça : mignons. Si t’as pas soupé devant la vraie face de tes enfants ou de ton chum depuis cinq ans parce que tu préfères regarder des reprises du Tricheur, commence peut-être à te poser des questions.

Si t’annules systématiquement tes soupers de Noël avec des gens qui comptent parce que manger des Cheetos devant ton ordi est rendu ton seul plaisir dans la vie… Si t’es rendu à traîner une télé 60 pouces au restaurant pour pas rater District 31… T’es rendu trop loin.

Rembobine. Reviens au moment où t’avais pas encore perdu le contrôle et que tu te promenais pas avec un projecteur dans une brouette.

La télé, les écrans et la bouffe ne pourront pas être séparés. Le pop-corn et le cinéma jouissent d’un heureux mariage depuis 100 ans. Récompenser nos efforts avec des gratifications culinaires ne disparaîtra pas de sitôt, et ce serait dommage de s’en priver. Mais prenons garde à ne pas renoncer à des instants encore plus chers que ceux vécus en plongeant sa main au fond d’un sac de chips devant un documentaire policier. La vraie vie mérite d’être pleinement savourée, méfiez-vous des habitudes qui vous font dévier de cette route.

Sur ce, on se fait un bon plat de nachos tout garnis et on regarde L’île de l’amour?